Menu

The Suitcase Matter

Puisqu’il faut partir en voyage, il faut… (musique hitchcockienne – tan tan tan tan)

UNE VALISE !!!
Malheureusement, personne n’a encore trouvé la solution pour téléporter notre placard vers notre nouvel appartement, ou au moins pour réduire considérablement le volume et le poids de nos chiffons. Oui avouons le, la valise reste et restera une histoire compliquée (suffit de chercher sur le net « comment faire sa valise »…).
Alors après avoir fait environ 6 fois ma valise, et l’avoir enfin (PRESQUE) terminée, voilà les leçons que j’en tire.
1 – La poche sous vide: l’idée du siècle au premier abord. Certes aucun gain de poids (faut pas rêver, la physique a encore des progrès à faire), mais un gros gain de place. Exemple illustré:
Après
Avant
La poche devient presque 4 fois plus petite (et cela a été encore plus impressionnant avec la poche d’hiver, écharpes et gros pulls). Cela peut donc apparaître comme étant très pratique. MAIS…
La poche n’est pas souple. Bien dure et non malléable (oui je parle toujours de la poche sous vide), vraiment pas pratique pour caser des chaussures entre les piles d’habits, ou des petites choses (petits sacs, oublis de dernière minutes) sur les côtés.
Alors on en fait quoi ? A la limite, on en prend une pour les manteaux et écharpes, puisque le gain de place est évident, mais c’est tout. Par contre, le fait d’avoir pris tous mes habits dans ces housses avant de les défaire m’a aidé: le tout est resté bien tassé même en retrouvant l’air libre, et donc j’ai eu un petit gain de place. Au final, j’avais une quatrième poche sous vide qui dépassait de mon sac, et après avoir tout rangé sans poche, rien ne dépasse (à part les chaussures, et la trousse de toilette bien sur). Et j’ai même pu user de….
2 – La technique du roulage. En fait cela consiste à rouler vos habits plutôt que de les plier. Un peu comme un sac de couchage, ça prend moins de place. Je fais ça surtout pour combler les côtés, avec les habits que je me fiche d’abîmer un peu (T-shirt, pulls…). Aussi parce que les valises sont mal fichues (les miennes en tout cas): y’a toujours ces fichues barres en fer, celles de la poignée, qui créent des creux au fond de la valise, ça me permet de les combler…  Tiens, ça me fait penser que le sac de couchage, j’ai oublié de le mettre dans la valise… [Edit: rentré dans le bagage à main – c’est un sac mini format]. 

3 – Heureusement que je m’y suis prise à l’avance. Une semaine, et j’ai défait ma valise six fois. Mais je fais partie des gens stressés qui téléchargent des listes de choses à prendre sur internet, et qui cochent, et qui font des photocopies, et qui repassent leur maison au crible au risque d’oublier quelque chose.  Je stresse et je ne sais jamais quoi enlever… Je veux juste tout prendre (et je prends toujours beaucoup trop, mais là je pars quand même 5 mois). Le mieux pour ne pas tout défaire complètement (sauf quand évidemment on change de valise au dernier moment – oui je le vis bien) c’est de…
4 – Mettre les choses sur lesquelles on ne reviendra pas au fond de la valise. Comme son manteaux (obligatoire en hiver), ses robes préférées, ses jupes préférées, ses Tshirts…. OK j’arrête là ! Ça permet de n’enlever que ce qui est en haut, parce que oui peu de gens partent avec TOUT ce qu’ils avaient prévu. 
Et j’ai du réduire (6 fois donc en tout). En enlevant des choses que j’aimais beaucoup, mais qui non, ne seraient pas utiles. Adieu petit pull chéri [celui auquel je pensais est finalement rentré dans la valise], on se retrouvera à Noël.   Adieu lunettes de soleil que je ne mets strictement jamais. Et oui, parfois enlever seulement un pull, une écharpe et deux paires de chaussettes peut vous faire gagner un kilo, véridique.
5 – Mesurer sa valise, pour voir si elle correspond aux dimensions demandées par le moyen de transport choisi […] (je viens juste de vérifier, c’est bon). Alors sur easyjet, le bagage à main doit être un peu petit, MAIS sans limites de poids. La valise elle, n’a pas de limite de taille (à part ne pas dépasser 275 cm au total de volume maximal – hauteur+largeur+profondeur), mais une limite de poids modulable. 20kg à la base pour 13€, puis +27€ pour les 3 kg supplémentaires. Ça fait mal. Mais ça reste moins cher sur internet que sur place, et honnêtement, ces trois kilos étaient nécessaires. 

6 – Point Bonus: se dire que non TOUT ça ne rentrera pas dans sa valise (sachant qu’il n’y a que les fringues). Une fois le tout posé sur le lit, la meilleure technique consiste a essayer d’en enlever la moité ! Bon courage !
Le « TOUT ça ».

Au final ça donne ça:

Pas très pratique de tout transporter sur le trajet, mais voilà c’est fait ! (Et j’ai finalement enlevé la moitié de ce que j’avais prévu). 
[et enfin je suis sur Venise !]
Xx
Étiquettes : , , , , , ,

2 thoughts on “The Suitcase Matter”

  1. Lucie dit :

    Maintenant on veut des aventures à base de gondoles et de bals costumés, de course poursuites dans les ruelles, de flirts sur le vaporetto, de cadavre jeté du pont des soupirs dans un canal … oui venise simule mon imaginaire en mode film d'aventure/policier/d'espionnage
    Tanti baci Alex !

  2. Evka dit :

    Même pas t'as remercié ta soeur qui t'a aidé à tout faire rentrer et à réussi pas faire trop lourd ! (Avoue, sans moi tu t'en serais pas sorti ! 😀 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *