Menu

Aujourd’hui, je suis une citoyenne heurtée.

« S’INSPIRANT des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’État de droit;
RAPPELANT l’importance historique de la fin de la division du continent européen et la nécessité d’établir des bases solides pour l’architecture de l’Europe future,
CONFIRMANT leur attachement aux principes de la liberté, de la démocratie et du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales et de l’État de droit,
CONFIRMANT leur attachement aux droits sociaux fondamentaux tels qu’ils sont définis dans la charte sociale européenne, signée à Turin le 18 octobre 1961, et dans la charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs de 1989,
DÉSIREUX d’approfondir la solidarité entre leurs peuples dans le respect de leur histoire, de leur culture et de leurs traditions,
DÉSIREUX de renforcer le caractère démocratique et l’efficacité du fonctionnement des institutions, afin de leur permettre de mieux remplir, dans un cadre institutionnel unique, les missions qui leur sont confiées »
Extrait du Préambule du Traité sur l’Union Européenne, version consolidée de 2012
L’Europe, c’est d’abord les rêves des peuples après des années de guerre: la paix. L’Europe, c’est passer par l’économie commune pour aller vers une intégration et la fin de la division de tout un continent. L’Europe c’est un rêve d’égalité, ce sont des droits qui se sont imposés à l’Union Européenne au fil des années: les droits de l’homme. L’Europe c’est bien plus grand que ce qu’on pense, c’est une puissance invisible, qui n’apparaît que lorsqu’il y a des problèmes. 

Aujourd’hui je suis une citoyenne européenne, et je suis heureuse d’avoir voté. 
Aujourd’hui je suis fière de cette citoyenneté: je peux voter, je peux décider. Et la majorité des lois nationales proviennent des règlements et directives européens. Je sais que mon vote a un sens. Je suis heureuse d’avoir voyagé en Europe, d’avoir vu que je ne suis pas si différente d’un Roumain, d’un Anglais, d’un Italien, d’un Allemand, et de tellement d’autres

Aujourd’hui je suis une citoyenne européenne, et je suis triste que les autres ne l’aient pas fait
Le taux de participation est d’une faiblesse alarmante dans toute l’Europe. La faute, d’après moi, à une mauvaise image de l’Union Européenne, pointée du doigt à chaque faux pas, et à une éducation qui ne parle pas voire peu d’Europe. En France on fait la confusion dans les manuels entre le Conseil de l’Europe et le Conseil Européen, pour vous dire (et sinon, sachez que ce sont deux choses totalement différentes, allez donc faire vos recherches sur le web). Quand on sort du bac, vers ses 18 ans (à quelques années près), on ne connait rien de l’Union Européenne, rien de son histoire, de sa culture, et des valeurs que l’on partage avec les autres Etats qui la composent. On ne connait rien de son fonctionnement aussi. On ne sait que ce que les médias et les grands partis politiques diffusent: l’Europe, on en a besoin (PS – UMP). L’Europe c’est le mal ouhouh (FN – FDG).  

Aujourd’hui je suis une citoyenne française, et je le reste. 
Je suis fière d’appartenir à cette nation qui possède une culture magnifique, une littérature exceptionnelle et des esprits forts et inspirant. Je suis heureuse de faire partie de cette nation qui s’est inscrite aux débuts de l’histoire de l’Europe, qui a été une des premières à parler de « droits de l’homme » (même si cela reste critiquable – mais ce n’est pas le débat). 

Aujourd’hui je suis une citoyenne française qui a honte. 
J’ai honte de faire partie d’une nation qui continue de croire qu’il existe des races, qui continue de croire que l’Autre fait peur, qui continue de se replier sur elle-même. J’ai honte que des jeunes de mon âge, qui profitent tous les jours de la mixité culturelle, et des projets européens (projets montés avec les PIJ et les mairies, ERASMUS…) demandent aux étrangers de partir. J’en ai marre que les gens se tournent vers les autres pour régler leurs problèmes, marre que 25.000 Roms en France subissent le racisme d’une nation constituée de plus de 60 millions d’habitants (oui le ratio est aussi faible). Marre que les gens ne se remettent pas en question, qu’ils se tournent vers la facilité. Marre que les partis politiques utilisent ce racisme à leur compte, ou qu’ils minimisent ces résultats comme un simple « non » adressé à François Hollande (ce n’est pas une défaite pour notre président, c’est une défaite pour notre pays et nos valeurs). Marre que les jeunes ne voient pas l’intérêt du vote. Et la même chose pour toutes les autres générations. Marre qu’aucun parti n’arrive à se lever réellement contre le front national en démontant raisonnablement leurs arguments. Marre qu’aucun parti ne soit là pour prendre les idées de gauche et de droite, les idées innovantes et les réformes nécessaires, tout en l’affirmant et en démontrant que non on n’a pas à choisir un camp, que l’on peut juste réfléchir ENSEMBLES. 

Il faut parfois arrêter de regarder sa propre personne et sa propre vie, et se tourner vers les autres. Parce que la politique n’est pas là pour vous rendre riches, beaux, et heureux. Mais les autres le peuvent: ils vous apportent leur aide et leurs sourires, ils vous rendent riches de leurs philosophies, de leurs cultures et de leurs langages, et ils font de vous une meilleure personne: une belle personne. 

Étiquettes : , , , , ,

One thought on “Aujourd’hui, je suis une citoyenne heurtée.”

  1. Tout à fait d'accord avec toi, à partager….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *