City Guide Visiter York

Visiter York: la plus belle ville d’Angleterre ?

A seulement deux heures de train de Londres, York est une ville parfaite pour être dépaysé! Visiter York peut se faire en un weekend, mais je suis sure que vous voudrez vite y retourner ! Je vais vous donner ici mes bonnes adresses, que ce soit pour les restaurants comme pour les visites!

Nous avons profité du « Bank Holiday », le jour férié du printemps, pour nous rendre trois jours dans le Yorkshire. Nous avons pris un train depuis King’s Cross. Après deux heures de trajet, nous avons débarqué dans cette magnifique ville au passé Romain et médiéval, qui a gardé de nombreuses traces de son histoire!

Ce qui nous a surpris, et séduis, dès notre arrivée, ce fut de voir à quel point la ville est verte! Des fleurs, des mini parcs, des jardins… ça sentait bon le printemps!

Dessin rue de York
Dessin depuis un pont de York

Je ne pourrais pas vous conseiller d’hébergement sur York, car malheureusement nous sommes mal tombés… Le propriétaire de notre B&B avait changé. Nous sommes donc passé d’un endroit décrit comme agréable à un B&B ou tout est géré par un système de carte magnétique. Aucun contact avec l’hébergeur sauf pour le paiement (qui a du se faire en espèce), ménage inexistant, et chambre bien en deçà des descriptions… Sans parler du petit déjeuner… Dans tous les cas, ce B&B n’est plus pour le moment ouvert aux réservations.

Je peux seulement vous dire que les hébergements situés dans la zone de l’hôpital nord restent assez près du centre historique (environ 25 minutes à pied), et sont bien desservis par les bus.

Visiter York: Les restaurants

Je vais vous donner ici les deux adresses de restaurants que j’ai préférées! Nous avons testés d’autres lieux qui nous ont moins convaincus… Mais cela dépend surement de nos goûts personnels donc je ne vais pas en parler et me concentrer sur le meilleur !

Le meilleur restaurant de York: Corner Grill House

Oui, cet avis est super subjectif! Mais j’ai rarement aussi bien mangé! Attention, il faut réserver avant, et pensez que les options « menu » (2 plats, 3 plats), n’est accessible que jusqu’à 20h30.

Nous avons pris un morceau de viande et deux sides, et ce fut vraiment un plaisir ! La viande était parfaitement cuite, fondante. La sauce était excellente, et les « sides » étaient également très bons (mention spéciale pour les frites de patate douce). En dessert, nous avons opté pour le « sticky toffee pudding », qui était pour moi l’un des meilleurs que j’ai mangé jusqu’à présent, et une panna cotta, qui était tout aussi délicieuse.

Le lieu est assez petit, seulement quelques tables, et charmant. Bref ce fut vraiment une superbe adresse que je vous conseille fortement si vous passez par York!

Dessin devanture Corner Grill House York
Dessin devanture Corner Grill House York

Betty’s Tea Rooms: le parfait « Afternoon Tea »

En recherche d’un café sympa après une intense journée de visite, nous nous sommes rendus au Betty’s de Stonegate. (Nous n’avons pas testé celui situé sur Helen’s Place). C’est une pâtisserie qui possède un salon de thé à l’étage (il faut traverser la boutique pour y accéder). La boutique est ancienne! Betty’s a été fondé par un pâtissier suisse arrivé en Angleterre, et elle fête en 2019 ses 100 ans! Il y avait la queue dans les escaliers… toutefois nous n’avons jamais attendu plus de 10 minutes! Et ça vaut l’attente !

Nous n’avons pas testé le full afternoon tea, parce que nous n’avions pas assez faim… Pour ma part j’ai testé la « Brown Bread Ice Cream » qui était fabuleuse (avec des petits morceaux de macaron aux amandes caramélisés et des noix de pécan… rien que d’y penser je salive déjà!). Les pâtisseries (qui changent souvent) sont également très bonnes.

Dessin devanture Betty's Tea Rooms
Dessin devanture Betty’s Tea Rooms

Ravis par l’ambiance et le goût, nous décidons de revenir le lendemain pour le repas du midi. Les petits sandwichs sont très bons (version plus grande des mini sandwichs de l’afternoon tea), la salade de poulet fumé est excellente.

Vient le moment du dessert: je me lance! Je tente donc le « Yorkshire Cream Tea » ! En dessert donc, après avoir bien mangé… Cet afternoon Tea est composé de deux scones aux raisins secs (sultana scones), avec de la confiture et de la crème. Et alors… j’en rêve encore ! C’était juste parfait ! Les scones étaient tendres, moelleux, la confiture et la crème étaient parfaites… Bref, si vous passez par là, vous devez tenter les scones de chez Betty’s !

Dessin Scones Betty's Tea Rooms
« Yorkshire Cream Tea »

Visiter York: les activités

Comme je vous l’avais proposé pour Glasgow, voici mon Top 5 des choses à faire à York! Pour les deux premiers, c’est une véritable égalité, car j’ai eu un coup de cœur pour les deux endroits!

Petite note avant le classement: je n’ai pas fait TOUTES les attractions de la ville, et certaines me faisait bien de l’œil (comme le Musée de la gare – qui est déjà un monument à voir; ou encore le « Ghost tour »)! J’espère y retourner un jour pour faire un petit update 😉

5 – Jorvik Centre

Apparemment un passage obligé, cette attraction est celle qui m’a le moins convaincue… Le terme attraction n’a jamais été aussi bien porté ! Dans une nacelle (type roller coaster), vous sillonnez l’ancienne ville Viking de Jorvik. Avec pantins animés, descriptions multilingues et en bonus les odeurs d’époque.

Il faut signaler un problème de synchronisation entre le Français et la visite (ce qui ne permet pas de bien « voir » ce que l’on veut nous montrer).

Après le tour de manège, un musée assez classique vous attend, avec de nombreux objets retrouvés lors des fouilles (chaussures, bijoux, argent, accessoires, et mêmes squelettes). C’est intéressant mais petit. Il y a des panneaux partout mais les pièces sont tellement sombres et bondées qu’il est difficile de les lire. Finalement, on apprend des choses sur la vie des Viking, mais peu sur la ville de York (population, emplacement, arrivée des Vikings… autant de choses absentes du musée).

Attention, il y a foule à l’entrée ! Réservez en ligne, et prenez pour 2£ de plus le fast pass. Ça vous permettra au moins d’éviter d’entrer avec trop de monde. Comptez 12,50£ par adulte (surement justifié par le prix des mécanismes); toutefois l’entrée est valable pour une année.

Mention spéciale: certains des acteurs sont plus « investis » que d’autre, et j’ai eu la chance d’écouter un jeune homme passionné parler de l’art Viking, notamment concernant les bijoux et la monnaie, avec un discours qui était parfaitement adapté aux enfants devant lui mais également aux parents présents. Il avait l’air réellement passionné. Dommage que son collègue soit venu lui signaler de prendre sa pause en plein milieu de son speech…

4 – York Castle Museum

Situé dans une ancienne prison, en face de la Clifford’s Tower (d’ailleurs, la visite de celle-ci est assez chère… et cela consiste en une tour de pierre, je ne la trouve pas « essentielle », et ne regrettez pas de passer votre tour), le York Castle Museum est un musée très intéressant! Ce ne sont pas une, ni deux expositions que vous verrez dans ce musée mais 9 !

Vue depuis la Clifford's Tower
Vue depuis la Clifford’s Tower

En effet le musée contient une exposition sur l’ameublement dans l’histoire, les jouets (avec un spirograph, une devinette a faire pour les enfants, et une arcade pour jouer à Pong), la mode à travers les âges (qui montre bien les obligations faites aux femmes à travers les âges, et critique l’éloge actuel de la maigreur), une partie sur l’alimentation dans le temps et les cuisine (qui alerte sur les dangers de l’obésité), et la reproduction d’une rue de York à l’époque Victorienne (avec magasin, vitrines, costumes et acteurs). La deuxième partie du musée contient une exposition sur la première guerre mondiale, où l’on peut suivre 5 habitants de York et leur périple pendant la grande guerre, un exposition sur les relations brisées (Broken relationships), une exposition sur les sixties (musique incluse) et enfin une exposition sur l’histoire de la prison qui abrite le musée.

Certaines salles sont plus grandes que d’autres, certaines plus où moins intéressantes, mais la visite saura ravir le plus grand nombre. Il faut compter une bonne après midi si vous souhaitez faire toutes les salles ! Le musée est interactif, adapté aux familles, et il y a un café à mi parcourt pour manger une part de gâteau ou boire un petit thé.

La visite coûte 10.90£, et ça vaut le coup!

3 – Le tour des remparts

Visite gratuite, que l’on peut découper en plusieurs jours, étaler sur plusieurs demi journée, ou faire tout d’un coup… la visite des remparts d’York!

Remparts d'York
Remparts d’York

Il fut un temps où la ville de York était une ville médiévale, composée d’un château (la Clifford’s Tower donc), de remparts, de portes (« gates » en anglais), le tout entouré d’eau. Ce qui est fabuleux à York, c’est que les remparts sont encore présents aujourd’hui et dans un très bon état. Vous pouvez donc vous balader et faire le tour de l’ancienne ville, en prenant le vent et le soleil (ou la pluie, si vous n’avez pas de bol).

Le tour est agréable, cependant lorsque vous croisez des pédobus de touristes: faites attention à ne pas tomber! Des barrières protègent les parties les plus élevées, mais sur une bonne partie du parcours, pas de barrière (la hauteur ne doit pas être au dessus de 2 mètres). Ce qui peut ne pas être super agréable si comme moi vous avez le vertige!

Pour suivre l’itinéraire, rendez vous aux nombreuses « gates » ou suivez simplement les panneaux (« wall trail ») ou les petits écussons au sol.

Symbole des Remparts d'York
Symbole des Remparts d’York

2 – Castle Howard

Les deux prochains sites sont pour moi à égalité… Castle Howard vient en deuxième position seulement parce qu’il est assez éloigné de York. Il vous faudra en effet prendre un bus (le 181), pendant environ une heure. Je vous conseille de prendre le premier bus (vers 9h) pour pouvoir pleinement profiter du château et des jardins, et de rentrer avec le dernier bus (16h45).

Castle Howard York
Pose devant l’entrée de Castle Howard à York

Castle Howard, c’est la demeure des Howard donc (merci Sherlock), et ça l’est encore aujourd’hui. Lieu de vie, lieux de détente, et d’accueil des rois et reines d’Angleterre lors de leurs visites dans le Nord.

Le château est magnifique, les jardins sont beaux, entretenus, décorés de statues, il y a des animaux, une forêt, des petits monuments cachés… Un lieux unique à visiter toute une journée pour se perdre dans les détails de l’histoire et changer d’air. Il y a du monde mais suffisamment de place pour ne pas se marcher dessus.

On découvre le château et le vie de ses habitants au travers de nombreux détails, comme leurs chambres, les peintures, le mobilier et la décoration (les tapisseries, les peintures…), les événements qui l’ont marqué et les séries et films qui ont été tournées à l’intérieur.

Les musiciens les plus pointilleux reconnaîtront le château du tournage du clip des Arctics Monkeys « Four out of five ». Ce qui veut dire que j’ai marché là où a marché Alex Turner. Tout va bien.

Ce château ça a été ma visite coup de cœur: dépaysant, agréable, reposant… La visite parfaite!

Comptez 19.50£ pour la visite du château et des jardins, mais sachez que vous pouvez avoir 10% de réduction si vous réservez en ligne (suivez ce lien). Ceci dit, la pré-réservation en ligne ne vous empêche pas de faire la queue pour récupérer les tickets.

1 – La Cathédrale d’York et sa tour

Dessin Cathédrale d'York
Dessin Cathédrale d’York

Sans grande surprise, la grande gagnante de ce top 5 des choses à faire à York est donc la Cathédrale d’York ! York Minster en VO. C’est beau, c’est grand, c’est doré, c’est plein de surprises !

La Cathédrale de style gothique est aussi belle de l’extérieur que de l’intérieur. Si elle a vécu plusieurs incendies (bises à sa sœur, Notre-Dame), on trouve à l’intérieur de nombreux vitraux, dont certains datant du XIIIème siècle encore bien conservés.

Vitrail 13ème siècle de la Cathédrale d'York
Un vitrail datant du 13ème siècle posé là…

Je vous conseille de réserver en avance: vous pourrez alors éviter de faire la queue pour entrer. D’ailleurs, arrivez en avance, pour éviter de faire la queue, des gens qui évitent de faire la queue… Cliquez ici!

Comme vous pouvez le voir sur le site, plusieurs visites sont possibles: la cathédrale et le musée de la crypte, ou la même chose avec une visite de la Tour. Pour la tour, ça a été une belle expérience pour 5£ de plus. Le panorama en haut de la tour est exceptionnel, la plus belle vue de York. Il vous faudra cependant monter 275 marches (j’en ai compté 270…), dans un escalier à colimaçon extrêmement petit et pentu (petit vertige).

Le musée de la crypte, accessible quel que soit le billet, est un musée intéressant qui réussi à parler de l’histoire de la cathédrale, de l’histoire d’York, depuis l’époque romaine jusqu’à nos jours. C’est intéressant, il y a des maquettes, des petits jeux pour les enfants, c’est donc bien pensé !

La cathédrale est grande, comptez une heure pour la simple visite (corps de la cathédrale). Il faut rajouter 30 minutes si vous montez en haut de la tour, et bien une heure de plus pour le musée de la crypte. Comptez 11.50£ pour la visite de la Cathédrale, et rajoutez 5£ pour la montée de la tour.

Pour conclure

Si vous souhaitez passer une weekend charmant, dans une ville fleurie, agréable, et belle, alors passez par York! Ce fut pour moi une véritable surprise et j’espère beaucoup pouvoir y retourner pour essayer les attractions que je n’ai pas pu tester… La ville est à ce qu’il parait l’une des plus hantée d’Angleterre, et je raffole des histoires de fantômes… Le ghost tour attirait d’ailleurs de nombreux touristes !

Aussi, même si je ne l’ai pas mentionné dans le Top 5, n’hésitez pas à simplement vous balader dans la ville: on y trouve de nombreux bâtiments à voir, beaucoup de belles choses, et également les Shambles, une rue médiévale qui a inspiré le chemin de Traverse de Harry Potter (et qui regorge donc de boutiques de vente de Goodies).

Photo des Shambles York (rue Harry Potter)
Vue des « Shambles » la rue qui aurait inspiré le chemin de Traverse dans Harry Potter.

Alors, vous partez quand ?

Logo des Histoires Expatriées

#HistoiresExpatriées 20 | Mon pays et la nature

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouveau rendez-vous #HistoiresExpatriées, créé par mon amie Lucie du blog: L’occhio di Lucie! Ce mois-ci c’est le thème de la nature qui a été proposé par Aurore du blog « On my tree« .

Vaste thème que la nature… Je vais aborder ce mois-ci avec le parcours qui a été le mien au cours de mes expatriations, durant lequel j’ai développé ma conscience « écologique » et fait un peu plus attention à la nature! On va donc repartir au Cambodge, revenir en France, partir à Madagascar et enfin s’établir sur Londres! C’est parti!

Quand il pleuvait dans la pagode où était mon école – Temple du Bayon, Cambodge.

Le réveil Cambodgien: nature VS plastique

Quand je suis partie au Cambodge, je ne peux pas vraiment dire que j’avais une « conscience écologique« . J’étais évidemment pour la préservation de l’environnement, je mangeais déjà moins de viande, mais c’était à peu près tout. Et puis je suis arrivée dans ce magnifique pays, à la nature luxuriante mais ENVAHI de plastique.

Photo d’une rue sur la montagne Phnom Kulen, au Cambodge.

Le traitement des déchets en France est tellement avancé que je n’avais pas conscience DU TOUT de ce qu’on pouvait faire avec le plastique dans le monde! Je ne savais pas que l’on vendait des fruits à peau épaisse dans des emballages individuels. Je ne savais pas qu’on pouvait vous proposer une canette de soda dans un mini sac plastique. Encore moins que l’on pouvait vous servir votre café directement dans un sachet!

DESSIN

Dans mon école, je voyais les professeurs brûler le plastique tous les jours dans une fosse devant les classes. Je voyais aussi mes voisins le faire. A cette époque, j’étais fumeuse, je mangeais assez mal, et si j’utilisais mon vélo c’était surtout pour des raisons économiques.

J’ai ensuite emménagé avec Sarah, une australienne installée à Siem Reap, et si j’ai du pas mal râler à l’époque, je dois avouer qu’elle a beaucoup joué dans mon réveil « écolo ». En un an, j’ai pris conscience que mes actions en Europe avaient un impact sur d’autres parties du monde, que le plastique était une plaie, et que si on recyclait en Europe (et pas forcément bien), il y a de nombreux pays où la priorité reste de manger. Dans ce cas là, trier ses déchets n’est pas du tout une priorité et c’est compréhensible.

Sarah a créé le premier « Plastic Free July Cambodia« . Le concept? On évite tous les pastiques pendant un mois, et ceux qu’on ne peut éviter (par exemple si un serveur vous apporte une paille – au Cambodge, TOUTES les boissons viennent avec une paille… Sauf la bière. J’étais déjà écolo en fait…) on les garde précieusement. A la fin du mois on déballe le tout: et on regarde tout le plastique accumulé. C’est assez hallucinant car une fois cumulé on prend vraiment conscience des choses.

Sarah en pleine présentation

Suite à cela, j’ai adopté le principe des gourdes (bon j’ai encore parfois des bouteilles en situation urgence, mais je les réutilise), de consommer « local », d’éviter au maximum les emballages, d’utiliser des sacs en tissus… Et Sarah a créé son association, PFC – Plastic Free Cambodia (depuis devenu « Plastic Free South East Asia – SEA). Elle est venue faire des interventions dans mon école, on a organisé des sessions d’informations, des ateliers de recyclage (faire des cerfs volants, des cordes à sauter en sac plastiques colorés…). Depuis, les choses se sont beaucoup développées là bas. Et moi je suis partie…

Le retour en France: nature VS voiture

Suite à mon expérience Cambodgienne, je suis revenue en France. Et j’ai retrouvé la facilité que l’on peut avoir à trouver des produits « écolos ». Moins de plastique (mais encore beaucoup trop), des marchés réguliers… Mais moins de « nature », plus de routes et de parkings. Et plus de voitures.

Je n’aime pas conduire, et je prends le plus possible mon vélo, les transports en commun, ou simplement mes jambes. Quand je vais voir mes amis sur Paris, ce n’est pas anormal de marcher 20 minutes pour se rendre quelque part. Dans le sud, on prend sa voiture pour faire 1 km. Malheureusement j’ai l’impression que le français a un rapport pas très sain avec sa caisse…

Rare photo de moi au volant. A Madagascar.

J’ai donc perdu la beauté de la forêt cambodgienne et ses affreux plastiques, mais j’ai gagné les routes et la pollution… En France j’ai continué mes efforts, sans jamais trouver de solutions qui me convienne parfaitement. J’ai du mal avec le bio en direction des US (coucou l’empreinte carbone des conteneurs « la vie claire »…). J’ai du mal à éviter tous les plastiques et force est de constater, j’ai encore beaucoup à faire.

Madagascar: le retour du plastique

Arrivée à Madagascar j’ai vite retrouvé mon plastique cambodgien: dans les rues, dans les bacs pour contenir les poubelles qui débordent… Beaucoup de personnes font les poubelles pour se nourrir, et le contenu est étalé sur le sol. Les chiens et chats viennent ensuite manger dans le tas. On retrouve du plastique sur la plage, dans la vie courante, dans les rues… Et on y ajoute la pollution de véhicules très très vieux (tellement vieux qu’on peut parfois voir la route défiler sous nos pieds).

Là encore, aucun ramassage de poubelles, aucun recyclage. Quelques initiatives locales pour éviter les pailles en plastique dans les bars et restaurants. Mais globalement, le plastique vit encore de beaux jours. Par contre, les contenants en verre son réutilisés (pour acheter le riz, les fèves, l’huile…).

Encore une fois, la nature environnante est magnifique, et elle est assez bien préservée par les associations locales. Mais en ville, c’est une autre histoire. Sur Taolagnaro, des associations ont installé des toilettes publiques, pour éviter la propagation de maladies et sauvegarder les plages et ruelles. Mais les habitudes ont la vie dure, et à la nuit tombée, il n’est pas rare de croiser des gens accroupis sur les trottoirs…

Panorama Malagasy – Domaine de la Cascade

Aujourd’hui, à Londres: nature VS flemme

Rentrée de Madagascar, je suis partie sur Londres (enfin, à mi temps) pour suivre mon amoureux. Le voyage m’a appris qu’il fallait préserver notre planète: on en a qu’une, et elle est commune à tous. Mes actions en Europe auront un impact sur la forêt cambodgienne.

Regent's Canal London
Regent’s Canal Londres

Mais j’ai été réellement surprise de voir que sur une ville comme Londres, c’est compliqué ! Il faut trouver les poubelles violettes pour recycler… Mais je n’en trouve pas. Le site de la ville m’indique des jours de collectes mais ce ne sont apparemment pas les bons. On ne peut plus prétendre aux collectes de déchets type « composts à la maison ». Je vais encore chercher, apparemment on peut apporter certains type de recyclage dans des magasins, mais je dois encore trouver comment cela fonctionne (quantité, jours…).

En face de chez moi il y a un parc, et chaque semaine je vois les gens jeter les emballages polystyrènes de leurs repas dans les pelouses. Je vais courir au bord d’un canal ou s’accumulent les déchets. Londres est une ville assez verte, et bien moins polluée que Paris. Mais force est de constater qu’on a encore des efforts à faire.

kew gardens london
Un des serres du Kew Gardens – Londres

Et le pire…

Et le pire dans tout ça, c’est de me rendre compte que mon plus gros impact écologique, il ne vient pas de ma consommation hyper occasionnelle de viande, ou des plastiques issus de mes courses hebdomadaires. Non, mon plus gros impact sur la planète il naît d’une des chose que j’aime le plus: voyager. Force est de constater qu’avec un aller-retour France-Mada l’année passée, et de nombreux allers-retours Montpellier-Londres cette année, je consomme. Je consomme BEAUCOUP. J’essaie d’avoir des bagages légers, de limiter les trajets… mais j’aurais du mal (pour le moment) à me passer de l’avion. Le train est malheureusement excessivement CHER. Ou alors l’avion est excessivement peu CHER… Sinon ça me dérangerait pas de passer 10 heures dans le train.

Transport camion Cambodge
L’avenir ? Les transports en commun – Cambodge 2015.

J’ai découvert des une nature magnifique dans tous les endroits où je suis allée. Les espèces endémiques de Madagascar, les fromagers qui ont fait leur chemin dans les temples Khmers, le massif de la gardiole dans ma ville natale, ou encore les vastes prairies anglaises… Et j’ai envie d’essayer de voyager de façon plus écologique (donc arrêter de prendre l’avion). Pour le moment… c’est pas gagné…

En vous, de quelle façon souhaitez vous préserver la nature ?

City Guide Glasgow

Un (long) weekend à Glasgow

Bonjour tout le monde ! Premier article depuis mon retour de Madagascar, pour vous parler de mes premières « vacances », avec un petit weekend en Ecosse ! Je vous propose donc de voir où dormir, que faire et où manger si vous souhaitez visiter Glasgow!

Rendez vous en fin d’article pour lire mon carnet de voyage dessiné. J’ai également fait une vidéo making off !

Visiter Glasgow, un, deux ou trois jours ?

Glasgow est une ville qui est assez petite. On peut donc se poser la question de la durée de son séjour: faut-il rester un, deux ou trois jours sur place?

Je vous conseille de prendre au moins deux jours sur place pour pouvoir apprécier la ville. Et trois jours me semble la durée idéale ! (Hors transports). La ville compte plusieurs visites « incontournables » et intéressantes que je vous conseille, et plusieurs jours sont nécessaires.

Pourquoi visiter Glasgow ?

Moins attrayante au premier abord que sa grande sœur Édimbourg, Glasgow est en réalité une ville plus adaptée aux séjours « courts ». Plus accessible (en tout cas depuis Londres; où les billets tournent autour des 50 euros pour un aller-retour), plus petite, mais tout aussi dépaysante!

Les « attractions » de Glasgow plairont au plus grand nombre: que ce soit au niveau de l’architecture, de l’art ou de la cuisine. Il y a beaucoup de choses à voir et à faire (et à manger) ! Mon regret restera de ne pas avoir goûté le fameux Haggis… C’est donc une ville accessible, à taille humaine, jolie, et remplie de bonnes choses. Un endroit parfait pour passer un weekend !

Mes bonnes adresses

C’est donc parti, je ne vous fait pas plus attendre, voici mes bonnes adresses pour visiter Glasgow !

Où dormir ?

Ce petit weekend faisant parti d’un cadeau, j’ai essayé de trouver un hébergement qui fasse office de « cocon » et qui nous sorte de l’ordinaire. Et je suis réellement ravie d’avoir trouvé l’adresse du 15Glasgow ! Ce « bed and breakfast » est magnifiquement décoré! Madame Lorraine qui nous a accueillie est très sympathique, agréable et bienveillante, les petits déjeuners sont excellents (j’ai goûté presque toute la carte), et les chambres comme les suites sont super agréables. La gamme de prix reste élevée, mais le standing du lieux l’explique. C’est une adresse que je recommande chaudement !

Petit déjeuner: Ici ce sera un porridge ! (Mais testez le Full Scottish Breakfast 😉 )

Que faire ?

La ville propose de nombreuses visites et attractions, et dans celles que nous avons choisi, aucune ne nous a déçu ! Nous avons manqué malheureusement une petite journée de visite, nous empêchant de voir le Kelvingrove Museum et le Tall Ship, ce dernier m’a pourtant été plusieurs fois recommandé !

Voici donc mon Top 5 des choses à voir à Glasgow !

5 – Petit tour « architecture » dans le centre ville

Glasgow est une ville célèbre pour avoir été la ville de Charles Rennie Mackintosh, un des précurseurs du mouvement Art nouveau (1900 – même si on dit « Modern Style » de ce côté de la manche).

Un petit tour est possible en ville, où on peut admirer plusieurs de ses réalisations, plusieurs bâtiments qu’il aurait inspiré, et quelques autres lieux « à voir ». Evidemment c’est gratuit, et le tour prend environ une heure. L’avantage: on découvre également tout le cœur de ville, et on fait donc d’une pierre deux coups ! Voici le trajet sur Google map:

Attention ! La « Glasgow school of art » a pris feu en 2018, et on ne voit donc rien depuis l’extérieur, sauf un échafaudage (en tout cas en 2019). Mention spéciale pour la Gallerie d’Arts modernes, et la statue qui se trouve juste devant, dont la tête est ornée… d’un cône de chantier ! Cône placé là lors d’une soirée alcoolisée et qui a depuis été sauvegardé par référendum! En l’honneur des soirées glaswégiennes donc.

Glasgow Gallery of modern art
La Gallery of modern art et sa célèbre statue (et son cône).

4 – La Mackintosh House et la Hunterian Art Gallery

Impossible de prendre une photo à l’intérieur de cette maison, qui recrée la maison occupée par le couple Mackintosh à l’époque; mais c’est beau ! Belle maison à visiter sur plusieurs étages, la visite reste cependant très courte. On retrouve le style Mackintosh dans toute sa splendeur, avec ses vitraux, ses fleurs, ses grandes chaises… L’impression de revenir dans le passé !

La Hunterian Art Gallery, juxtaposée à la maison (et face à l’Université qui comprend le Huntarian museum, à ne pas confondre), est un peu plus décevante. La collection permanente est assez petite, et l’éclairage peu flatteur. Et je n’ai pas particulièrement été séduite par la collection temporaire…

Il faut tout de même compter 6£ par personne pour chaque visite. Ce qui est assez cher pour deux visites assez courtes. A choisir l’un des deux, je préfère la maison (qui offre de nombreux détails sur la vie à l’époque).

A défaut de photo, voici une image libre de droit d’une affiche faite par Mackintosh.

3- Glasgow City Chambers (la mairie)

La mairie de Glasgow était déjà dans le petit tour du centre ville que je vous proposais… mais là je vais vous parler de la visite guidée !

Déjà posons ça là: la mairie est souvent utilisée pour le tournage de film, notamment comme « doublure » du Vatican. BIM. Voilà un bon résumé de ce que va vous proposer cette visite: du marbre, du marbre, et des dorures. La visite, en anglais (avec un fort accent écossais soit dit en passant), dure environ une heure. Elle permet de visiter plusieurs salles, comme la salle de réception (au plafond et moquettes magnifiques), la salle où se réunissent les élus de la ville, la galerie des portraits (des maires de la ville – et oui ce ne sont que des peintures 😉 ). Bref une succession de salles assez spectaculaires pour une mairie.

On y apprend de nombreuses informations sur la construction du bâtiment, l’histoire de la ville. C’est vraiment une visite intéressante et à faire!

Deux visites guidées sont proposées du lundi au vendredi, à 10h30 et 14h30. On peut s’inscrire pour la visite 30 minutes avant l’heure (on nous donne un pass). Je vous conseille donc de venir au plus tôt pour réserver votre place (limitée à 25 personnes). Petit plus: la visite est GRATUITE !

2 – La cathédrale de Glasgow et la Nécropole

Parce qu’une visite de ville comprend presque toujours un monument religieux… et bien le voilà ^^’ ! Située sur les hauteurs de la ville elle offre un joli panorama (mais pas aussi dégagé que ce que prévoient les guides… Beaucoup de constructions sont sorties de terre).

On commence avec la cathédrale Saint-Mungo (saint patron de la ville): elle est immense ! Belle, ancienne, avec plein de petits panneaux explicatifs… Une visite intéressante, avec nombre de références historiques (puisque la cathédrale a connu de nombreuses déconstructions et ajouts). C’est joli, c’est évidemment calme, les vitraux sont très beaux (d’ailleurs ils ont pas eu de bol avec les vitraux, mais je vous en dit pas plus).

Juste derrière la cathédrale se trouve donc la nécropole, sur une colline qui domine la ville. C’est une jolie balade à faire pour découvrir les tombes des personnages historiques de la ville. Loin de l’ambiance glauque d’un cimetière, on trouve des édifices aux influences diverses et variées et tout cela rend la balade calme, agréable et étrangement reposante. Et il faut reconnaître qu’elle offre un point de vue sur la cathédrale qui reste assez sympathique.

Attention, la cathédrale ferme parfois assez tôt dans l’après midi (15h30 hors saison), et le sous sol ferme parfois plus tôt que le reste. Une visite guidée est possible pour les petits groupes (les familles, 3 à 4 personnes). Mais je n’ai pas choisi cette option. La nécropole ferme également assez tôt (16h30). Il est possible de réserver des visites guidées en avance (encore une fois, je ne l’ai pas testée).

Panorama depuis le sommet de la Nécropole

1 – L’université de Glasgow

Et l’activité que j’ai préféré sur ce long weekend en terre écossaise fut donc la visite de l’université ! Déjà, on y accède en traversant le Kelvin park, qui est très beau. Ensuite, le bâtiment est juste magnifique. Enfin, nous avons eu la chance d’être guidés par Hanna, étudiante en traduction, et c’était intéressant, plein d’anecdotes, vivant, et drôle !

La visite dure environ une heure, il faut réserver en avance, et coûte 10£. Mais cela vaut vraiment le coup ! On apprend une multitude de détails sur la ville en général, sur les relations entre l’Ecosse et l’Angleterre, sur les personnes historiques de la ville et de l’université (Lord Kelvin, James Watt, William Hunter… pour ne citer qu’eux), et sur l’université elle même.

L’université est appelée Poudlard par ses étudiants, et on comprend pourquoi ! Ambiance tamisée dans les escaliers, grandes tours, et allure de château… il n’en faut pas plus pour comparer l’Université à la célèbre école de sorciers!

Je vous conseille même de commencer par visiter l’université, car les informations du tour seront utiles pour toutes les autres visites !

On trouve aussi à l’intérieur de l’Uni, le Hunterian Museum. Le musée est gratuit et présente l’histoire des explorations et des sciences. Le musée (comme la Art Gallery) est nommé d’après le Docteur Hunter, médecin de la reine, qui en fait… n’était pas médecin ! On trouve donc également le musée d’anatomie, attention, âmes sensibles s’abstenir !

Voilà donc le Top 5 des activités à faire à Glasgow !

Où manger ?

Certaines adresses sont surement meilleures que d’autres, et je n’ai pas eu le temps de toutes les tester (à mon grand regret). Cependant, voici deux adresses qui m’ont convaincue, dans un style très différent.

Le Ubiquitous Chip

Le Ubiquitous Chip (restaurant) est doté d’un cadre exceptionnel ! L’ambiance est chaleureuse, moderne, tamisée, avec des plantes, des lumières… bref un endroit idéal pour un repas romantique ! La cuisine se veut d’inspiration écossaise, et traite les produits locaux. Comme le bœuf Angus « né, nourrit et mangé en écosse » (dixit le menu, désolée pour mes lecteurs végés). On y mange très bien, on peut déguster de nombreux vin, et il ne faut pas hésiter à demander leur bières locales (qui ne sont pas sur la carte !). En dessert:  » The Chip’s famous caledonian Ice cream », une glace « calédonienne » (puisque Calédonie est l’ancien nom de l’Ecosse), enrobée de porridge au miel et aux prunes pochées. Un vrai délice !

Brian Maule at Chardon d’Or

Un restaurant très « classe » (merci sens pratique de m’avoir fait prendre une robe et des talons avant de partir), avec une cuisine originale, d’inspiration locale également, et très très bonne. Petit bémol pour le dessert (la mousse au chocolat, qui n’était pas très mousseuse…). Gamme de prix élevée pour ce restaurant, mais une adresse sympa.

Ambiance tamisée !

Pour conclure

Voilà donc l’ensemble de mes recommandations pour visiter Glasgow sur un weekend ! Il y a évidemment d’autres choses à voir et à faire, et surement d’autres lieux pour se restaurer (j’ai beaucoup entendu parler du restaurant Two Fat Ladies, malheureusement fermé le jour où nous avons voulu y aller… mais que je testerais surement si je repasse par la ville).

Si vous avez de bonne adresse sur Glasgow n’hésitez pas à les partager en commentaire, je les testerai une prochaine fois 😉

Je vous laisse donc comme promis avec mon carnet de voyage Glaswégien, et la petite vidéo making off !

A bientôt !