Cambodge – Carnets de voyage #2

Bonjour à tous !

Finalement le délai pour la publication de la suite du périple du Khmer New Year aura été plus long que prévu, à cause d’une longue coupure internet (chez moi – et d’un disfonctionnement du scanner – au bureau), « bienvenue au Cambodge ». Il faut dire que la saison des pluies commence, et qu’à chaque fois la peur s’intalle: les cables électriques vont-ils tomber? Internet va-t-il être coupé (et travailler sans internet devient difficile)? Ma facture d’électricité va-t-elle augmenter (car apparemment nous payons les réparations, donc sans électricité pendant 15 jours on paye le double d’une facture traditionnelle – NORMAL)? Mon plafond va-t-il me tomber sur la tête (oui parce qu’en fait, y’a déjà des petits morceaux qui me tombent dessus)… ?

Mais bon, voici donc la partie la plus longue de ces vacances au Cambodge:  

THE TREK IN THE JUNGLE ! 

Le Trek se passait dans le Ratanakiri, une province du nord-est du pays. Avec le Mondolkiri, le seul endroit du Cambodge qui n’est pas plat. Genre, y’a des petites montagnes. Egalement une zone de refuge pendant le régime des Khmers Rouges, ainsi qu’une zone de passage – plus ou moins légal –  de frontière, avec une culture particulière (un mélange de tribus – dans le sens de villages avec leurs propres langages, habits, religions… – laotiens et khmers).

Un trek plutôt mouvementé ! Entre un pantalon déchiré, des piqures de guêpes, et des bambous…
Retrouvez les adresses en bas de l’article !

 

Voilà donc pour ce trek effectué avec Parrot Tour, depuis Banlung. Le prix est un peu ouf (130$) pour un trek 3 jours, 2 nuits, mais on mange pendant trois jours et on est très bien accueilli pour la soirée « chez l’habitant », alors ça vaut le coup !

On peut aussi choisir des treks plus courts (2 jours, une nuit), ou plus longs (jusque 11 jours – mais sérieux, faut avoir des jambes en béton).

D’après quelques amis, le Mondolkiri reste plus joli à voir que le Ratanakiri. Mais je ne peux pas donner mon avis car je n’ai pas été dans cette région. Dans tous les cas, c’était vraiment une expérience pleine de surprises et je suis très contente de l’avoir faite!
Pour Parrot Tour, il faut aussi savoir qu’ils peuvent garder nos surplus de sac dans des box fermées (ou en tout cas dans un local, je ne sais pas j’ai pas vu), ce qui nous a permi de nous alléger en vêtements !

Par contre je ne vous parle pas du Tree Top, de sa douche qui ne ferme pas – dans une chambre pour deux, de sa porte qui ne se ferme que de l’extérieur ou de l’intérieur – dans une chambre pour deux, de sa chambre pour deux alors qu’on avait réservé pour trois (au moment de notre départ – donc en face à face – donc on savait qu’il y avait de la place a la base), et de l’amabilité sans faille de la fille de la réception. Bon certes, c’était une période de vacances, mais quand même…

Voilà pour mon expérience la plus sportive du Cambodge (avec le Kayak à Battambang, on en reparlera).
A bientôt pour la suite du Khmer New Year !

Prochaine étape: Kampong Cham et Chiro ! 

Parrot Tour: Website / Phone: +(855)97 40 35 884 / Addresse: juste avant Tree Top.

Cambodge – Carnets de Voyage #1

Hello  !

Après une trèèèèèèès longue absence me voilà de retour ! Nouveau design, nouvelle bannière, …
Déjà 8 mois que je suis arrivée, et seulement 3/4 mois restant, avec à nouveau la question: Où serais-je dans 6 mois ? (Une réponse quelqu’un?). Nouveaux projets aussi, qui me prennent beaucoup de temps. Tellement d’idées chronophages ! 
Alors voilà ici la première partie de mon Carnet de Voyage. Je voulais faire des aquarelles, mais je n’ai trouvé que des carnets avec du papier basique. Pour le nouvel an Khmer je suis partie avec deux amies pour un petit tour de la partie Est du Cambodge, direction:  Stung Treng, Banlung, Kampong Cham – Chiro, et Phnom Penh. 1294 km de bus (presque 28 heures – et ce n’est que pour relier les villes) sur 12 jours.
Voici donc les 3 premiers jours de voyage, les 3 prochains devraient arriver dans une ou deux semaines (suivant le temps que me prend le dessinage/coloriage/scannage).  Retrouvez les adresses en fin d’article 😉

Détail: ceci est dans la zone des 4000 îles.
 

Voilà donc pour la première partie du voyage. En ce qui concerne les adresses: cliquez sur les liens, malheureusement il n’y a pas de site internet pour chaque adresse, et il faut parfois se perdre un peu pour les trouver (oui, en fait j’ai pas noté toutes les adresses et les numéros pendant le voyage, Oups!). 
Pour le trajet Siem Reap – Stung Treng, on trouve pas mal de départ, car c’est le passage principal de la frontière avec le Laos. Pour dormir, nous avons opté pour Le Tonlé, un training center (sachant que nous travaillons toutes les trois dans des formations professionnelles/ONG ça ne s’invente pas). Une bonne adresse, malgré un peu de lenteur. Alors on est au Cambodge et c’est un training, ok, mais il faudra tout de même faire un gros effort de patience. Mais l’endroit était joli, propre et la nourriture bonne, donc je le conseille tout de même ;).  Pour manger, au Tonlé ou en ville nous avons pu tester: Ponika’s Palace, en face de la Canadian Bank. Ma chicken pie (poulet purée en fait) était très bonne.
Pour le tour en bateau, c’était avec Mekong Discovery Trail. Un guide très sympa, la cascade, les dauphins (de loin pour ne pas déranger les animaux, respect de la nature tout ça tout ça) mais surtout… 
LE KAYAK DANS LA FORET FLOTTANTE ! 
C’est peut être un peu répétitif, mais c’est vraiment ce que j’ai préféré faire au Cambodge depuis que je suis arrivée! Le lieux est magique ! Vraiment un passage obligatoire ! 
 Encore une bonne adresse donc, malgré un prix un peu élevé, mais c’est bateau toute la journée, et l’eau et le repas étaient fournis. On avait aussi opté pour une visite VIP: qu’entre nous donc, c’est ce qui fait augmenter le prix. 
Pour Banlung, on en reparle au prochain article, car  je ferais tout un blabla sur le trek.
A bientôt ! 
Xx


THE things to see in Venice #3

Après la place Saint Marc de nuit, et Burano, voici le Number Three…

La Librairie Acqua Alta !

Cette librairie est juste magique, et vous pourrez y passer des heures. Des livres, des posters, des cartes,… PARTOUT. Au sol, en haut, sur un bateau, rangé, en désordre, sur des chaises, … Les vieilles cartes ont leurs histoires, les livres comportent parfois des dédicaces. En Italien pour la majorité, mais aussi un rayon allemand, anglais, et « vieux livres français« . Un escalier de livres.Un mur de livres. 4 pièces, dont au moins une qui doit être inondée pendant les Acqua Alta vu que la porte du fond donne directement sur un canal. 
Le propriétaire est vraiment gentil, parle environ toutes les langues (ou au moins Italien – normal, anglais, français, allemand, et espagnol). Et un gros chat gris (un énorme chat gris plutôt) dort sur son comptoir. On peut y trouver de tout, et c’est là où j’ai trouvé mon livre sur les histoires de fantôme à Venise
Un article minuscule pour une grande librairie, je vous laisse avec les photos (j’ai malheureusement un oral à préparer). 

« Wonderful View » = je vous conseille d’aller voir, je vous laisse la surprise!
Photo prise par Tessa, ma coloc’.
La librairie possède une page facebook (où l’on peut admirer les photos que les gens font à l’intérieur), et une note de 4,5 sur Tripadvisor, largement méritée – ce qui pour moi reste assez original pour une librairie.
Libreria Acqua Alta
Calle Longa Santa Maria Formosa (Corte Senza Nome)
5176 – Castello,
30122 Venise, 
Italie.

THE things to see in Venice #2

Alors après le #1: Piazza San Marco DE NUIT (sinon ça marche pas), la deuxième chose qu’il faut voir à Venise c’est …

BURANO

Ne pas confondre avec Murano, où on fait le célèbre Verre de Murano!
Oui ce n’est pas sur Venise même, c’est une petite île à côté. Île colorée (vous allez voir les photos – fin d’article), c’est pour moi le plus bel endroit à voir. Ce n’est pas très grand, et depuis Venise il ne faut pas trop de temps de Vaporetto (du Lido comptez par contre environ 45 minutes). On raconte que les gens n’ont plus le droit de changer la couleur de leurs maisons là bas (pour correspondre aux anciennes photos).
Bon j’ai pas d’histoires de fantômes pour Burano, donc je ne parlerais que de ce que j’ai lu dans les guides touristiques traditionnels – soit rien, puisque on y trouve que deux adresses pour manger- et sur Wikipédia (oui ben c’est toujours ça!).
Burano c’est à l’origine une ville de pêcheurs, et comme la brume y est dense (Toi aussi, tends le bras pour voir disparaître ta main! si si! Evidemment cela ne marche pas par grand soleil), ils avaient décidé de peindre leurs maisons dans des couleurs différentes, pour pouvoir les retrouver (tout simplement). Voilà pour la couleur.
Ensuite, Burano est connue pour sa dentelle, avec une méthode bien particulière, bref un truc qui envoie. Les femmes des fameux marins partis en mer devaient bien s’occuper (bon d’après Wiki, elle faisaient ça au coin du feu, écoutant les récits de pêche de leurs maris… Mouais. Soit elles adoraient la dentelle, soit elles voulaient trouver un truc à faire pour ne pas vraiment écouter leurs maris sans paraître trop garces). Elles exportaient en Europe, et les Rois adoraient leurs dentelles. C’était un peu Amour Gloire et Beauté. Sauf qu’il faut beaucoup de temps pour faire une nappe (trois ans d’après notre ami Wiki’), et donc ça coûte un bras (ça tombe bien, vous vous êtes habitués à le voir disparaître dans la brume! ça ne sera pas très différent!).
Sinon on trouve de la dentelle et du verre de Murano made in China (fin du Glamour, de la gloire et de la beauté), à peu près dans toutes les boutiques. C’est dommage, et c’est un des gros soucis pour les commerces Vénitiens: énormément de contrefaçons. Le mieux: avoir le petit certificat d’authenticité (mais soyons honnêtes on est jamais vraiment sur). Donc ici tout dépend de votre éthique personnelle.
La mini tour de Pise: le clocher de la seule Eglise de l’île penche sérieusement. Ça ne se voit pas sur les photos qui suivent, mais ça remet sérieusement en doute les lois de la gravité. 
Le mieux: y aller par une belle journée, avec un beau soleil (le soir il y aura souvent de la brume). L’île n’est pas très grande, donc on peut choisir de faire une grass’mat’ ou d’aller visiter Murano avant (oui l’île du verre), qui se trouve juste à côté. Conseil: Murano d’abord, parce que c’est plus proche, ça permet de faire une coupure dans les trajets en bateaux, surtout pour ceux qui ont le mal de mer … (et puis parce que c’est moins joli, ça vous permettra de mieux apprécier Burano, ou à l’inverse, de ne pas être déçu par Murano).

Et maintenant les quelques photos que j’ai prises là bas:

Et voilà ! A bientôt pour la suite 😉
Xx

THE things to see in Venice #1 !

Ça fait maintenant deux mois (un petit peu plus) que je vis sur le Lido, et que je vais faire la Touriste sur Venise. Et pour moi il y a deux choses à ne surtout pas rater. Du genre si tu le vois pas, t’as raté ta vie visite.
Parlons donc ici du Number One, un truc qui te coupe le souffle tant c’est beau et tout et tout: 
La Piazza San Marco, de NUIT

(et si possible avec Acqua Alta et bottes de pluies). 
Alors la Piazza San Marco c’est un peu le truc le plus connu de Venise. Déjà c’est la seule place avec le nom de Piazza et pas « Campo ». Et BIM. On y trouve entre autres le Palais des Doges et la Basilique Saint Marc (côte à côte). 
De nuit il y a des petites lampes sur chaque fenêtre (et y’a beaucoup de fenêtre), beaucoup moins de touristes (oui la journée c’est intenable) ce qui donne une autre ambiance, bien plus magique. (Et on voit pas que les murs sont tous gris et salis par les pigeons). 
Pourquoi avec l’Acqua Alta? Parce qu’avec l’eau sur la place, les bâtiments sont en double dans les reflets, et c’est DEUX FOIS PLUS MAGIQUE (mais attention hein, je parle de petites marées, avec l’eau au niveau des mollets, pas des vraies Acqua Alta de 1m40!)!
Et si par chance vous avez des bottes de pluie, ou les grandes chaussettes en plastique, vous pouvez vous balader dans ces reflets, et personne ne sera autour de vous: les gens restent sur les zones sèches, ou sur les tables (enfin des passerelles). Je vous invite à aller jeter un œil à la recherche d’image « Acqua Alta » sur Google

Voici une petite illustration, sortie tout droit de mon téléphone portable: 


Ok passons donc maintenant à la partie histoire, pour les plus téméraires. Mais pas n’importe quelle histoire. Dans la librairie « Acqua Alta » (ce sera le truc à voir #3), j’ai pu trouver le livre:
 Légendes Venitiennes et Histoires de Fantômes, Guide des lieux mystérieux de Venise
par Alberto Toso Fei. 

Un petit livre composé de différents parcours dans Venise (environ une demi journée pour chaque parcours), qui raconte l’Histoire des lieux, la vraie, la glauque, et la mythique. On y parle batailles, Diables, amoureux… Et il y a une partie sur la fameuse place Saint Marc. 
Déjà, sachez que c’était la « place publique » au sens « exécution sur la place publique ». Ah déjà ça jette un froid… Par superstition on ne passe pas entre les deux colonnes de la place (la première avec le fameux Lion ailé et celle avec Saint Théodore): c’est justement le lieux des exécutions (Brrrr). Et cette colonne avec le Lion, il est impossible d’en faire le tour, en la fixant, et les mains derrières le dos (ou en tout cas, aucun prisonnier n’a jamais réussi à être gracié de cette façon). L’auteur nous conseille d’essayer (je suppose donc que lui aussi l’a fait et a du tomber. Doit y avoir un truc au sol, je mène ‘enquête). 
Le Lion au dessus de cette colonne a d’ailleurs passé quelques années de sa vie à Paris, Place des Invalides.
Cette place, centre (politique) de la ville, a été le lieux de batailles et de tentatives de coup d’Etat.  L’un des appartements autour de la place n’aurait pas changé de loyer depuis 1600 et quelques. La Dame qui y habitait n’a ni plus ni moins que sauvé la ville, faisant tomber du mortier sur le porte drapeau des hommes venant prendre la ville. Et BIM, plus de bannière, plus de repères, l’armée de Venise pris l’avantage. Pour remercier cette dame, la ville décida de ne plus augmenter le loyer de son appartement pour elle et ses descendants. (Je suis en rechercher, je n’ai toujours pas trouvé ledit appartement). 
La grande tour de briques, le clocher, en face du palais des Doges: les prêtres excommuniés étaient suspendus à cette tour dans des cages en bois, exposés au vents et au froid. Et sérieux, en ce moment, il se met à faire froid (surtout que regardez bien, c’est vraiment face à la mer…). 
Voilà pour le glauque, je n’ai pas le droit de réécrire le livre donc on en reste là. Par contre je peux vous parler un peu de l’Acqua Alta. Alors cette marée particulièrement importante se produit à Venise, et engloutit la ville (enfin environ 14% de la ville). La place Saint Marc est toujours la première inondée, c’est le point le plus bas. L’eau peut atteindre les 1m40 de hauteur ! Evidemment tout est prévu: les vénitiens reçoivent une alerte sur leur téléphone portable pour les marées. Pour les marées importantes, une sirène sonne quelques heures avant le point culminant (environ 3 heures avant): cela vous laisse le temps de partir de chez et d’aller travailler sans vous noyer. Brillant. Et elle est diffusée partout (sur le Lido aussi, déjà deux fois, en une semaine, que cela me réveille à 7h le matin – apparemment il y a un émetteur dans mon immeuble). 
A tous ceux qui m’avaient dit qu’il n’y a pas de marée en méditerranée !! (Bon ok, ça vient aussi de la conception particulière de l’Adriatique, mais quand même!). 
Cela peut sembler marrant, et atypique, mais en fait c’est un cri de détresse. Venise s’enfonce tous les jours un peu plus, et elle sera bientôt submergée (Atlantide vous avez dit?). Cette ville n’et tenu à la surface que par des piliers de bois, qui n’arrivent plus à supporter le poids de la ville. Ajoutez à cela les nombreux Bateaux de croisière qui passent à côté du grand canal tous les jours: leur poids déplace la vase au fond de l’eau, qui s’engouffre dans les petits canaux de Venise: et le niveau de l’eau monte. Et aussi l’activité industrielle de la ville (destructions des îles de l’Adriatique, qui servaient avant de remparts, construction de canaux pour les bateaux, qui creusent le fond, usage intensif de l’eau des nappes phréatiques…). 
Bref si vous voulez voir Venise, vaut mieux venir vite. Les scientifiques estiment qu’elle aura totalement disparue en 2050
C’est sur cette note éminemment joyeuse que je vous laisse. 
Xx. 
(Peu d’articles ici, un « essay » à rendre, un oral la semaine prochaine et un rapport de groupe…). Qui plus est je pars sur Bruxelles pour les « EU Devlopment Days » ! – Youpi conférences. Je vais donc essayer de préparer les articles #2 et #3 pour qu’ils soient publiés dans la semaine!).